Soutien à l'allaitement

Soutien à l’allaitement

 

Etre soutenue, c’est avoir de grandes chances de réussir son allaitement!

Certaines mamans souhaitent me rencontrer pendant leur grossesse afin qu’à la naissance de leur enfant, elles soient en mesure de démarrer leur allaitement dans des conditions optimales, en s’appuyant sur les informations reçues lors de notre rencontre.

D’autres font appel à moi plus tard, lorsqu’elles rencontrent une difficulté, d’ordre physiologique ou émotionnel, liée à la pratique de leur allaitement.

Peu importe le moment…

L’important, c’est que les mamans comprennent qu’elles ne sont pas seules et qu’elles peuvent être aidées et encouragées dans leur démarche, d’où la notion de soutien!

Apprendre à allaiter au sein est facile, puisque votre corps se charge de l’essentiel. Il vous suffit de lui faire confiance et savoir l’aider comme il se doit.

Dans cette optique, lors de notre entretien, nous parlons ensemble de votre choix et motivation à allaiter votre bébé, de vos attentes, des difficultés que vous craignez ou que vous rencontrez…

Nous abordons également de nombreux thèmes tels que la physiologie de la lactation, les positions du bébé au sein et sa technique de succion, les différentes positions de la maman pendant une tétée, la fréquence des tétées et les rythmes biologiques d’un nourrisson, ainsi qu’une liste de repères à observer pour s’assurer que l’allaitement se déroule de manière satisfaisante.

Mon objectif est de répondre à vos attentes, en vous assurant écoute et information, et bien sûr vous apporter toute mon aide pour que vous viviez pleinement cet épisode essentiel de la maternité!

 

Quelques réflexions à méditer…

A l’heure actuelle, lorsqu’une mère se trouve confrontée à un problème (sensation de manque de lait, refus de téter du bébé, douleurs pendant l’allaitement, petite prise de poids du bébé…), elle ne parvient que très rarement à obtenir une réponse médicale adéquate et est le plus souvent guidée vers le sevrage, solution parfois vécue comme une grande souffrance.

(Extrait du texte de la pétition à destination du Ministère des affaires sociales et de la santé, à l’initiative de Droit au Soutien à allaitement maternel.)
consulter l’article

Stopper l’allaitement pour cause de manque de lait serait une fausse raison ; une étude britannique prouve qu’en réalité, les cas de manque de lait maternel sont rarissimes… Les raisons de la perte de poids d’un bébé sont effectivement à rechercher du côté de l’allaitement, mais pas nécessairement à cause de la qualité du lait maternel : il s’agissait, la plupart du temps, de mauvaises positions entraînant une mauvaise succion, ou encore de rythmes de tétées non adaptés. Bref, rien qui ne puisse se corriger ! Les chercheurs insistent donc : l’accompagnement et l’information des jeunes mamans en matière d’allaitement est primordial ! Ceci, afin d’éviter de telles situations bien sûr, mais surtout de tordre à l’idée reçue du « pas assez de lait ».

consulter l’article

Lorsqu’une femme française allaite :

– plus de 3 semaines, c’est une « bonne maman »;

– plus de 3 mois, c’est « un héros »;

– plus de 6 mois, elle doit « aller chez le psy ».

Nous sommes dans un pays où les seins sont faits pour s’exhiber dans la transparence des défilés de mode, se dénuder sur les plages, mais les voir dans la bouche des bébés dérange vite ! C’est pour ce problème culturel que l’on ne forme pas les professionnels de maternité à l’allaitement maternel. Ou plutôt qu’on les déforme…

(Dr. Edwige Antier, pédiatre et ancien députée de Paris, dans son témoignage sur le site Droit au soutien à l’allaitement maternel).

consulter l’article

 

4 commentaires

  • Alors moi, je suis l’aînée de Karine qui, en plus d’être ma merveilleuse maman, est ma meilleure source de conseils !
    J’ai toujours pensé que l’allaitement c’était très facile, qu’il suffirait de mettre mon nouveau-né au sein et qu’il le prendrait tout seul, que je n’aurais jamais de crevasses, jamais de champignons… Mais malheureusement, j’ai cumulé les difficultés dès le début : mon fils avait un frein de langue diagnostiqué dès la naissance (et sectionné seulement à 3 mois), des belles crevasses, (comme la plupart des mamans au début), puis j’ai attrapé une candidose (provoquant des douleurs intolérables)… J’aurais pu arrêter et donner du lait en poudre à mon bébé mais j’ai tellement vu ma mère vibrer pour ses propres allaitements et pour les autres mamans qu’elle aide que je me suis dit: « Moi aussi j’y arriverai ! Je veux pouvoir comprendre et ressentir l’intensité de ce bonheur et lien qu’on crée avec son enfant ! ». Et grâce aux prodigieux conseils de ma maman (ainsi qu’à ceux d’une amie à elle, consultante en lactation à l’étranger), j’ai finalement réussi à allaiter mon fils pendant 11 mois !
    Alors Maman, encore une fois je veux te remercier pour toute ta patience, ta gentillesse et ton amour que tu as su et sais toujours me donner.

  • Karine porte tellement bien ce si joli nom de « marraine d’allaitement »!
    Une préparation qui rassure, un soutien indéfectible mais surtout une bienveillance et une douceur qui apaisent la maman. L’ allaitement, idéalisé ou redouté redevient naturel.
    Ma marraine, au creux de mon oreille, le jour, la nuit, a distillé les précieux mots qui m’ont encouragée et donné confiance avec mon bébé.
    C’est une fée.

  • J’ai rencontré Karine pendant la grossesse de mon 2ème enfant. Après la naissance de mon fils, l’allaitement était une évidence pour moi et je pensais que ma première expérience de maman me suffirait à faire démarrer celui-ci sans encombres.
    Malheureusement j’étais cette fois-ci face à un bébé très calme, qui dormait beaucoup, réclamait peu, pinçait très fort pendant les tétées et et qui avait perdu du poids dans les semaines qui ont suivi la naissance.
    J’ai appelé Karine en dernier recours, après avoir été « grondée » par la PMI de mon quartier.
    Elle s’est déplacée à mon domicile et y est restée plus d’une heure. A assisté à une tétée, observé mon bébé, et constaté qu’il avait une mauvaise position de la bouche (ce qui causait des douleurs et une mauvaise prise du sein de sa part).
    Elle m’a aidée à rectifier le tir et à être en confiance.
    En 3 jours mon fils a pris 800g, récupéré du tonus, régulé sa prise alimentaire, mes crevasses ont progressivement disparu et mon allaitement est devenu un réel plaisir!
    Je conseille Karine à toutes les mamans qui rencontrent des difficultés avec l’allaitement.
    Si cela devrait être la chose la plus naturelle du monde, être bien accompagnée, par une vraie professionnelle qui est à la fois chaleureuse, présente, disponible et empathique change réellement la donne et permet de prendre en confiance et de vivre cette expérience magnifique de la façon la plus douce possible pour soi-même et son bébé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *